Publié par SPORT24.COM

L-ASVEL-coulee-Gravelines-insubmersible_full_diapos_large.jpg

Gravelines qui fait parler sa défense contre Dijon, les Verts dans le rouge, Ricardo Greer comme au bon vieux temps, la colère de l’entraîneur de Pau, Paco Lauhlé, Nanterre qui s’écroule face à Cholet… Tout ce qu’il faut retenir de la 22e journée de Pro A.

Le top : 
 «On sait qu’à Gravelines, ça peut aller vite», lâche Jean-Louis Borg, dans Le Bien Public. Très vite même… Battus à l’aller, à Dijon (58-55), et sortis par Cholet en Coupe de France, mardi dernier (67-77), les joueurs de Gravelines-Dunkerque avaient à cœur de briller contre la JDA samedi dernier. C’est exactement ce qu’ils ont fait (victoire 79-55), malgré le forfait d’Andrew Albicy. «Ce match est accompli, note Yannick Bokolo, dans La Voix du NordOn voulait déjà être efficace en défense. Ça se voit au scoring. Mais eux aussi peuvent défendre dur. On avait perdu comme ça chez eux.» Sauf que cette fois, il n’y a pas eu photo, au grand dam de Borg. «Il y a des joueurs majeurs qui ne sont pas toujours à leur niveau, alors que c’est à eux de tirer les autres vers le haut, peste-t-il. Du coup, on ne s’est pas donné la possibilité de lutter contre Gravelines.» Les statistiques du BCM en défense devraient toutefois inviter le coach bourguignon à la clémence. Seule en tête en attendant le match en retard de Chalon, l’équipe de Christian Monschau n’encaisse que 64,6 points en moyenne cette saison et a tenu ses adversaires à moins de 60 unités sept fois sur onze au Sportica.

Le flop : 
 La Green Team est dans le rouge. Dans le coup à la mi-temps face au Mans, vendredi (32-33 MT), les joueurs de l’ASVEL ont dégoupillé au retour des vestiaires et compté jusqu’à 20 longueurs de débours (52-72, 34e) pour finalement s’incliner de 11 points (73-84). Le MSB n’est pourtant pas connu pour faire des débuts de mi-temps flamboyants… «On n’arrive pas à gérer les moments euphoriques de nos adversaires, regrette Léo Westerman sur le site du club. C’est difficile car on ne réussit pas à retrouver un fond de jeu derrière. On prend peur et on n’arrive plus à appliquer ce qu’on arrivait à bien faire. On se bat, on fait des efforts, mais dès que l’adversaire reprend des forces, on ne sait pas trop comment réagir.» Villeurbanne, qui reste sur sept défaites de rang, toutes compétitions confondues, conserve sa huitième place au classement. Mais avec le même nombre de points que Dijon et Strasbourg et un de plus que Roanne, qui a un match en retard sur le parquet d’Hyères-Toulon à jouer. «L’équipe s’accroche, jure Pierre Vincent. Si elle s’accroche, il n’y a pas de raison qu’elle ne transforme pas cette volonté-là en réussite à un moment ou à un autre. Il faut y croire

Il a brillé : 
 Ricardo Greer a joué un bien vilain tour à son ancien club… L’ailier dominicain a en effet signé une performance digne de sa période nancéienne, samedi, lors de la victoire de Strasbourg sur Nancy, en Alsace (82-73). Il a compilé 15 points (4/8), 10 rebonds, 7 passes décisives, 4 interceptions en 37 minutes. Le tout avec aucune perte de balle et 31 à l’évaluation. «Ricardo (Greer) a été tout simplement exceptionnel, juge son coach, Vincent Collet, dans les colonnes de L’Est RépublicainJe pense que nous avons réussi notre meilleur match de la saison. On progresse. L’opération play-offs est lancée.»  

Il a dit
 «Je suis en colère, déclarait Paco Lauhlé après la défaite de Pau-Lacq-Orthez à Poitiers, samedi, dans un choc entre deux équipes qui luttent pour leur survie en Pro A (85-76).Une de nos cibles était de réduire l'éventualité d'une soirée de gala pour nos adversaires et cela s'est pourtant produit, de par leur talent mais aussi de par notre négligence. Quand on n'est pas bien sur le plan offensif, ce qui peut arriver, j'attends au moins qu'on fasse le sale boulot et ça, certains ne l'ont pas fait. Lors d’un match de cette importance, c'est inadmissible. Il y a une indiscipline récurrente chez certains joueurs et on n'a pas été au rendez-vous de la pression. (…) On va tâcher de compiler une nouvelle semaine de travail avant d'aborder un nouveau match "à la vie, à la mort" face au Havre.» (Source : site de l’Elan Béarnais)

La stat’ : 
 36, comme le nombre de points encaissés par l’équipe de Nanterre dans le dernier quart-temps de son match face à Cholet, samedi. Soit 5 de moins que le total choletais sur les 30 premières minutes (55-41 à la 30e, puis 66-77 score final) ! «Quand il ne reste que cinq-six minutes, ça doit "à la vie, à la mort", peste Pascal Donnadieu, dans des propos rapportés par le site du CB. Il n’y a plus de cadeau à faire, plus de panier facile à donner… Ce n’est pas comme ça qu’on va s’en sortir. Tout le monde dit qu’on joue bien. Ça nous fait une belle jambe ! J’ai l’impression qu’on répète toujours les mêmes erreurs en fin de match. C’est frustrant. Au vu du match, on ne peut pas dire qu’on est en crise. Mais il faut savoir finir le travail.» La JSF compte deux victoires d’avance sur Pau et Le Havre, premiers relégables.

Résultats de la 22e journée :
 Vendredi 16 mars
 ASVEL - Le Mans 73-84

Samedi 17 mars
 Strasbourg - Nancy 82-73
 Gravelines-Dunkerque - Dijon 79-55
 Le Havre - Orléans 72-79
 Nanterre - Cholet 68-77
 Poitiers - Pau-Lacq-Orthez 85-76

Commenter cet article