Publié par SPORT24.COM

Chalon-pret-pour-la-suite_full_diapos_large.jpgRoanne et Cholet en pole pour les Play-offs, l’ASVEL (quasi) définitivement KO, Chalon réveillé par Blake Schilb, la souffrance d’Alain Weisz, la septième défaite consécutive de Pau… Tout ce qu’il faut retenir de la 27e journée de Pro A.

Le top :
Avantage Roanne et Cholet dans la course aux Play-offs ! La Chorale a en effet consolidé sa septième place en dominant Nancy, après prolongation (83-75 ap), tandis que le CB s’est payé le scalp du PL, à Levallois (70-85), et conserve la huitième et dernière place qualificative. «C’est notre match le plus abouti de la saison, jubile le Choletais Rudy Gobert, dans les colonnes d’Ouest France. Nous avons notre destin en mains pour nous qualifier, c’est l’essentiel.» Comme le rappelle Luka Pavicevic, le coach de Roanne, dans Le Progrès, «la bataille sera rude jusqu’à la fin.» Nanterre et Dijon ne sont effectivement qu’à une victoire de Cholet, et deux de Roanne, après leur succès à Orléans (61-64) et à Strasbourg (79-83). La SIG est d’ailleurs aussi dans la course, mais avec une victoire de moins que ces deux équipes.  

Le flop :
L’ASVEL a concédé sa onzième défaite en douze matches, la sixième d’affilée à l’extérieur, sur les planches de Poitiers, samedi (73-62). Un revers qui n’enterre pas définitivement les espoirs de qualification pour les Play-offs des Verts, qui possèdent l’avantage sur Cholet, actuel huitième, au point-average particulier. Mais c’est tout comme. «Ce qui est difficile, pour moi, c’est d’avoir des joueurs qui ne connaissent pas suffisamment le jeu, lâche Pierre Vincent, dans Le Progrès. Parmi nos objectifs, il y avait les Play-offs, mais aussi de faire jouer les jeunes. Nous sommes les seuls à faire ça. Cela a un coût…» Reste à savoir ce que cette nouvelle saison blanche aura comme conséquence à l’intersaison. Léo Westermann et Kim Tillie sont déjà annoncés sur le départ … «Nous souhaitons conserver les joueurs autour desquels nous avons bâti, poursuit Vincent. Maintenant, s’ils s’en vont, effectivement, nous aurons perdu du temps… Mais si nous les conservons, notre équipe sera plus forte la saison prochaine.» Charge à Tony Parker et Laurent Foirest de les convaincre de rester.

Il a brillé :
Alade Aminu (4 pts, 5 rbs, 6 ev), Malcolm Delaney (0 pt, 4 pds, -2 ev) et quelques uns de leurs coéquipiers avaient peut-être déjà la tête au Final Four de l’Eurochallenge samedi, au moment d’affronter Le Havre. Pas Blake Schilb. Devant après la première mi-temps (38-39 MT), John Cox (23 pts) et consorts ont subi de plein fouet la furia de l’ailier américain, auteur de 16 de ses 32 points lors du troisième quart-temps (70-62 à la 30e, 89-78 score final). «Il y a un numéro 11 chez eux qui nous a fait très mal, note le Havrais Karim Souchu, dans les colonnes du Journal de Saône et Loire. Quand il a fallu, il a pris le match à son compte et on n’a pas su l’arrêter. Blake Schilb était au-dessus.» Ledit Blake Schilb a rentré 11 de ses 18 shoots, dont 3 tirs primés sur 6 tentés, avec 4 rebonds et 5 passes en prime, pour une évaluation de 32. Il a surtout permis à Chalon de s’assurer la deuxième place. De quoi aborder sereinement les prochaines échéances : les demi-finales de la Coupe de France, mardi, contre Cholet et le Final Four de l’Eurochallenge, vendredi et dimanche prochain. A signaler la perf’ du Dijonnais Bobby Dixon, auteur de 28 points et 7 passes pour 31 à l’évaluation.   

Il a dit :
«Les équipes qu’on rencontre cette année gagnent quand elles le veulent, peste Alain Weisz, après la 19e défaite consécutive d’Hyères-Toulon, déjà relégué en Pro B, dans des propos rapportés par le site du club varois. Certes, on a mal commencé le match, mais les Manceaux ont surtout été sérieux. On essaie de faire de la résistance, mais on est tellement loin de ce niveau-là… C’est un abyme qui nous en sépare. Notre équipe a tellement de handicapes par rapport au niveau de la Pro A que c’est bien difficile de trouver des motifs de satisfaction. Ce soir, c’est encore 46 points d’écart. C’est abyssal. Il nous reste trois matches. On va essayer de ne pas s’entredéchirer d’ici à la fin de la saison. Ensuite, le club passera à autre chose. C’est une année très difficile pour nous. C’est douloureux de subir ça (toutes les semaines)

La stat’ :
7, comme le nombre de défaites que Pau-Lacq-Orthez vient de subir, lors de ses sept dernières sorties. La dernière en date ? Samedi, face à Gravelines-Dunkerque, au Palais des Sports (71-88). «Je tiens à féliciter le groupe pour son engagement dans le combat, pour son investissement dans le travail malgré une situation difficile, note Paco Lauhlé, sur le site de l’Elan Béarnais. C'est intéressant de rivaliser avec Gravelines qui est une véritable armée, mais on a vu nos limites face à une grosse cylindrée. Je n'ai pas d'amertume ni de rancœur car on est au rendez vous, mais en étant toujours loin du compte dans la lecture du jeu.» Et au classement aussi. Poitiers ayant assuré son maintien en battant l’ASVEL (73-62), Le Havre est la seule équipe encore à portée de tirs de l’EBPLO. Le STB ayant l’avantage au point-average particulier et deux victoires d’avance, Pau devra toutefois remporter ses trois derniers matches (@ ASVEL, @ Le Mans, Hyères-Toulon) en espérant que les Havrais perdent trois fois (Roanne, @Hyères-Toulon, Paris-Levallois) pour rester en Pro A. Mission impossible…

Résultats 27e journée :
Vendredi 20 avril
Paris Levallois-Cholet 70-85

Samedi 21 avril
Chalon-Le Havre 89-78
Le Mans-Hyères-Toulon 112-66
Orléans-Nanterre 61-64
Pau-Lacq-Orthez-Gravelines-Dunkerque 71-88
Poitiers-ASVEL 73-62
Strasbourg-Dijon 79-83
Roanne-Nancy 83-75 ap

Commenter cet article